formats

Ouverture mercredi prochain de la manifestation "Jijel accueille l’Algérie"

Publié le 20/07/2019, par dans Non classé.

JIJEL- Un total de 12 wilayas du pays vont participer à la manifestation culturelle « Jijel accueille l’Algérie » qui sera ouverte mercredi prochain a indiqué samedi à Jijel le directeur général de l’association instigatrice de l’événement, « Djawharet El Sahel » (la perle du Sahel).

Selon Hacene Boutaleb, le but de cette manifestation qui se tiendra à la plage Koutama et devra se poursuivre jusqu’au 8 août prochain est de mettre en avant le legs culturel et les traditions de mariage de plusieurs régions du pays.

Organisée en coordination avec les offices locaux du tourisme et des établissements de jeunes ainsi que la direction de la jeunesse et des sports, cette manifestation est organisée à l’endroit des estivants qui pourront déguster des plats traditionnels et profiter des spectacles présentés à cette occasion.

Mettant en avant toute l’histoire de l’antique Cirta, le spectacle « l’épopée de Constantine » de l’association « les ponts de Constantine » ouvrira les festivités ce mercredi et sera suivi par d’autres représentations d’associations venues des wilayas d’El Bayadh, Saida, Mila , Alger et autre Ain Defla a conclu la même source.

Lire la suite

formats

Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné toutes les causes sociales 

Publié le 20/07/2019, par dans Non classé.
Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné toutes les causes sociales

BISKRA – Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné depuis près d’un siècle de toutes les causes sociales nationales et locales, a considéré samedi à Biksra, le chercheur et journaliste, Faouzi Mesmoudi.

Dans une communication intitulée « théâtre à Biskra, voyage dans la mémoire » donnée à la maison de la culture Ahmed Rédha Houhou, le conférencier a considéré que le théâtre apparu dans les Ziban

officiellement en 1926 a été un affluent du mouvement nationaliste qui a porté la cause nationale à l’instar des troupes « Djamaïyat El Moustakbal El-fani », « Djamaïyat El-Kawakab Ettamthili » et « les troupes de l’union théâtral » dont les spectacles mettaient à nu la politique coloniale haineuse et favorisaient la prise de conscience face aux abus du colonialisme français.

Ces troupes faisaient de la résistance par l’art et leur action a permis l’émergence d’éminents dramaturges à l’instar de Mekki Chebah, Saâd-Eddine Khemar, Mohamed El-Hadi Senoussi et Larbi Ben M’Hidi, a estimé l’intervenant soulignant que ce dernier s’est particulièrement distingué dans la pièce « Fi Sabi Ettaj » en 1944.

Après l’indépendance, le mouvement théâtral porté par plusieurs troupes dont « Adhawa », « Masrah El Jawal » et « Masrah El-Madina » a accompagné la marche de construction engagée dans le pays et a lutté contre les fléaux sociaux hérités de 132 années d’occupation française qui avaient plongé la société dans l’ignorance et l’illettrisme, a estimé Mesmoudi qui est également directeur des moudjahidine dans la wilaya de Tébessa.

Le mouvement théâtral dans la région a connu des phases de faiblesse sans disparaitre totalement et a besoin actuellement de renouveau, a considéré le conférencier dont la communication s’inscrit dans le cadre d’une journée d’information sur le théâtre local conjointement organisée par la maison de la culture, la section locale de l’Union nationale des écrivains algériens .

Lire la suite

formats

FNTA Mostaganem: quelque 440 jeunes formés dans les arts dramatiques

Publié le 19/07/2019, par dans Non classé.

MOSTAGANEM – Quelque 400 jeunes ont été formés depuis le début de l’année en cours dans les différents domaines des arts dramatiques, a-t-on appris vendredi du commissaire du Festival national du théâtre amateur de Mostaganem (FNTA), Mohamed Nouari.

Dans une déclaration à l’APS, en marge des phases de sélection régionale des troupes devant participer au prochain festival de Mostaganem, Mohamed Nouari a indiqué que depuis le début de l’année 2019, quinze sessions de formation ont été organisées au profit de 400 jeunes et artistes amateurs dans les différents métiers du 4ème art dont la scénographie, la mise en scène, l’éclairage et autres spécialités.

Quatre séminaires ont été organisés durant la même période au niveau de la bibliothèque de lecture publique « Moulay Belhamissi », du chef-lieu de wilaya et de nombreuses conventions de partenariat ont été signées avec plusieurs théâtres régionaux, maisons de la culture et troupes théâtrales et autres organismes comme l’AARC et l’instance arabe du théâtre.


Lire aussi: Théâtre: productions diversifiées et priorité au texte algérien


Concernant la convention avec l’AARC, Mohamed Nouari a indiqué que cet organisme prendra en charge une tournée nationale à la troupe lauréate du grand prix de la prochaine édition du Festival, organisera un colloque national à Alger sur le thème de « l’évolution du mouvement théâtral en Algérie » et assurera l’édition de quatre ouvrages.

Avec l’Instance arabe du théâtre, il est prévu la numérisation de la 52ème édition du FNTA et l’organisation de sessions de formation dans les métiers du théâtre et encadrées par des formateurs et experts arabes.

Enfin pour ce qui est de l’édition, le même responsable a indiqué que le commissariat du festival publiera quatre ouvrages, une biographie de Si Djilali Ben Abdelhalim, élaborée par Bouhouraoua Madani, deux ouvrages sur « le théâtre et l’enfant » et « le théâtre et la femme » de Zeggaï Djamila et le dernier consacré à « l’évolution du mouvement théâtral » de Salim Skander.

La 52ème édition du FNTA de Mostaganem (1967-2019) se déroulera du 27 août au 1er septembre prochains avec la participation de 20 troupes théâtrales programmées dans la compétition officielle ou hors concours.

Lire la suite

formats

Belle prestation, à Alger, de l'Ensemble "Safar" de musique andalouse

Publié le 18/07/2019, par dans Non classé.
Belle prestation, à Alger, de l'Ensemble

ALGER – Le concert « Mon étoile », une mise en valeur du patrimoine musical et littéraire algérien dans la nostalgie et le souvenir, a été présenté mercredi soir à Alger, par l’Ensemble andalou « Safar », dirigé par le maestro Khalil Baba Ahmed, devant un public relativement nombreux.

Accueilli à l’Opéra d’Alger « Boualem-Bessaïh », le spectacle restitue la tradition ancestrale, à travers un voyage onirique empreint de créativité, invitant à une immersion dans la musique et la chanson algérienne d’antan, permettant ainsi de redécouvrir la richesse du patrimoine culturel dans sa diversité.

Résultat d’un projet réunissant création musicale, chant, écrits littéraires et poétiques, narration et spectacle visuel, « Mon étoile » est le fruit d’une synergie entre les jeunes musiciens de l’Orchestre, issus de différentes régions d’Algérie, qui ont réussi a créer autour de leur directeur artistique un collectif au service de la Culture algérienne.

Sur un scénario de Célia Zidelmal au violon, une musique signée par l’Ensemble « Safar », quelques reprises de pionniers de la chanson algérienne arrangées par Khalil Baba Ahmed, qui a également enrichit le rendu de la soirée avec quelques unes de ses compositions, l’histoire de Nedjma, jeune demoiselle au parcours prolifique plein d’enseignements, est brillamment narrée par Fatma Zohra Hemmouche au « Oud » qui, par ailleurs, a assuré l’adaptation du texte.

Mettant en valeur le patrimoine dans toute sa splendeur, une quarantaine de musiciens, venus essentiellement des trois grandes écoles de musique andalouse, « El Ghernati » de Tlemcen, « Senaâ » d’Alger et le « Malouf » de Constantine, ont exécuté une vingtaine de pièces, illustrant les quatre chapitres de l’histoire de « Nedjma », passionnée d’art, d’histoire et de littérature, qui voyagera de Tlemcen à Constantine, puis en Kabylie, avant de finir à Alger.

Le prétexte étant bien trouvé, le public a été embarqué, une centaine de minutes durant, dans une belle randonnée, redécouvrant l’histoire de la musique andalouse et du chant soufi avec ses poésies mythiques, à l’instar de celles des Cheikhs, Bentriki et Bensahla, et d’habiller le premier chapitre de vieilles images de l’ancien Tlemcen et rendre dans le genre hawzi, notamment, les pièces, « Ana leghrib » et Ya Talla Behwak ».

Dans un élan plein de nostalgie, la narration titille le souvenir et les chapitres sont étalés sur l’air, interprété dans le mode « Raml el Maya », d’un « Krici » (introduction musicale des chants andalous appelés les « Inqilebs »), dans des atmosphères solennelles, où la pénombre et les bouffées de fumées ont renforcé le sentiment mélancolique qui a régné sur la scène.

Le public a pu apprécier entre autres pièces interprétées par les voix présentes et étoffées de, Yacef Ait Meziane, Hind Benamara, Celia Zidelmal, Fatma Zohra Hemmouche, Sanaa Boumehdiou et Anis Yefsah, « A lemri » (miroir), « Tamaghra ‘N’dal’ Hocine », « As laâvits A ya Vahri », « Sobhan Allah Yaltif », « Ach eddani n’khalto », « Khebbi serrek », ?ïb aâlik enti m’heniya » et « Djet echta ou djaw leryah ».

Durant son périple, Nedjma, qui poursuivait des études en art et en littérature, verra la musique andalouse évoluer simultanément avec son parcours qui l’amènera à connaitre l’amour avec Smail, un jeune algérois qu’elle a rencontré en Kabylie et avec lequel sa vision de la vie gagnera en maturité pour devenir la « messagère de l’espoir, de l’amour et du partage ».

L’assistance, vivant chaque instant du spectacle dans l’allégresse et la volupté, s’est promenée sur les portées et les partitions d’un répertoire prolifique plein de nostalgie et de couleurs, soumis aux bons soins de Khalil Baba Ahmed qui, selon une de ses fans, apporte plus d' »ouverture et de liberté dans les « formes qu’il propose » à la musique algérienne.

Soucieux de mettre en valeur ses musiciens, issus des masters- class qu’il avait encadré lors du 13e Festivalgérie (18-25 décembre 2018), Khalil Baba Ahmed a choisi de conclure avec une de ses compositions, aux variations modales et rythmiques variées, puisées du terroir et qui offre une possibilité d’interprétation d’istikhbars (introduction musicale) aux instrumentistes, très applaudis par le public.

Le concert « Mon étoile » de Khalil Baba Ahmed a été programmé pour une représentation unique, par l’Opéra d’Alger, sous l’égide du ministère de la Culture.

Lire la suite

formats

 Mila : une tombe romaine découverte à Ain El Hamra dans la commune de Ferdjioua

Publié le 17/07/2019, par dans Non classé.

MILA – Une tombe datant de l’époque romaine a été découverte au cours de cette semaine dans la région d’Ain El Hamra dans la commune de Ferdjioua (Mila) lors de l’exécution des travaux d’un chantier d’adduction d’eau potable par l’Algérienne des eaux (ADE), a indiqué mercredi le responsable du service patrimoine culturel de la Direction de la culture, Lazghed Chiabaa.

L’expertise archéologique menée par les services du secteur de la culture, à la demande de la brigade territoriale de la Gendarmerie Nationale de Ferdjioua, a révélé, a-t-il expliqué, que la tombe découverte lors des travaux de creusement dans la région d’Ain El Hamra remonte à la période romaine, soulignant que « celle-ci a été légèrement endommagée par les coups de pelleteuse ».

Lazghed Chiabaa a affirmé que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour protéger cette tombe, à commencer par l’élaboration d’un nouveau tracé pour la conduite d’adduction et l’implication des services de la culture dans les futurs travaux de creusement de l’ADE pour protéger les éventuels autres objets archéologiques qui restent à découvrir sur ce site.

Cette découverte archéologique a été transférée au siège de la Direction de la culture, où une équipe de spécialiste aura le soin de la remettre en état, a-t-on fait savoir.

Lire la suite

formats

Festival national du théâtre amateur: lancement de la 2e phase qualificative à Mostaganem

Publié le 17/07/2019, par dans Non classé.
Festival national du théâtre amateur: lancement de la 2e phase qualificative à Mostaganem

MOSTAGANEM- La 2e phase qualificative de l’Ouest au Festival national de théâtre amateur a été lancée mercredi au théatre régional « Djillali Benabdelhalim » de Mostaganem, a-t-on appris du commissaire du festival, Mohamed Nouari.

La 52e édition du festival culturel national du théâtre amateur est prévue à Mostaganem du 27 aout au 1 septembre prochain, a annoncé M. Nouari, indiquant que la deuxième phase qualificative se tient jusqu’au 21 juillet enregistre la participation de 13 troupes théâtrales des wilayas de Mostaganem, Oran, Sidi Bel-Abbès et Tlemcen.

Le comité de cette phase qualificative composé de Sebbat Mohamed, Belkaroui Abdelkader, Zerzour Tebbal, Yessaad Abdennour et Bouhamam Abdelwahab devra visionner les œuvres théâtrales sur scène et les évaluer sur le plan technique et artistique, a-t-il souligné.

Cette phase de l’ouest est la deuxième après celle tenue au mois de juin dernier à M’sila (est 1), l’autre phase lancée ce mois à Mila (est 2), à Boudouaou (Boumerdès) concernant la région centre et Chlef (centre 2) et la wilaya de Tiaret (ouest 1).

Au total, 80 troupes amatrices des wilayas du pays prennent part à ces qualifications où 20 troupes devront participer à la 52e édition du festival soit en compétition ou hors compétition.

Cette session enregistre plusieurs œuvres théâtrales du théâtre de la rue et théâtre pour enfants en plus d’honorer le dramaturge défunt Mokhtar Othmani en guise de reconnaissance à sa contribution au mouvement théâtral amateur et de baptiser le prix du jury au nom de l’artiste le défunt Omar Bernaoui (1935-2009), a-t-on fait savoir.

Le festival national du théâtre amateur est l’un des plus anciennes manifestations culturelles au niveau national, arabe et africain (1967-2019) après sa création en 1967 par un groupe d’artistes et dramaturges amateurs de la ville de Mostaganem. Le premier festival a eu lieu du 1 au 10 septembre 1967.

Lire la suite

Home Articles posted by Admin
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair