formats

Festival international du "Samaâ Soufi" à Sétif : Nécessité de sortir des cercles étroits

Publié le 28/01/2019, par dans Non classé.
Festival international du

SETIF- L’art du « Samaâ soufi » constitue un « repos de l’âme » et doit nécessairement sortir des cercles étroits pour atteindre un public plus large, a estimé dimanche, Driss Boudiba, commissaire du festival international du Samaâ soufi de Sétif, organisé à la Maison de la culture Houari Boumediene, du 27 au 30 janvier en cours.

Dans une déclaration à l’APS à l’occasion du lancement de la 7 ème édition du festival, ce même responsable a précisé que ‘’cet art est caractérisé en Algérie par un auditoire restreint », se résumant à certains clubs et zaouias, ajoutant qu’il a besoin à cet effet, d’émerger au-delà de ces cercles étroits pour s’ouvrir au public car, selon lui, cet art procure du bien-être dans un cadre spirituel rassurant, loin des contradictions de la vie et de sa complexité.

M. Boudiba a également considéré que le festival international du Samaâ soufi représente « un outil efficace pour diffuser cette musique à tout le monde avec des instruments nouveaux et contemporains, de sorte que cet art spirituel ne se limite pas aux seuls musulmans, mais à toute l’humanité, sans distinction ».

Il a souligné, dans ce contexte, que l’objectif à travers cette manifestation est de faire du Samaâ Soufi un « phénomène spirituel humain », éloigné de toutes les idéologies, car l’âme et les valeurs humaines sont une et indivisibles, partagées par tous à l’instar de l’affection, la beauté, la justice, la grandeur d’âme et l’estime de soi.

M.Boudiba a fait savoir, par ailleurs, que le Samaâ soufi en Algérie a des traditions et des racines profondes que les jeunes ont décidé d’adopter et de perpétuer, ajoutant que ce festival est une occasion pour les jeunes de laisser éclore leur talent en s’inspirant du florilège des airs du folklore algérien répandus dans tout le pays.

Selon le commissaire de ce festival, le chanteur algérien a cet avantage de bénéficier de la diversité du caractère local algérien, qui l’aide à ne pas se fondre dans le chant international, lui permettant de pérenniser son art en le conjuguant à des particularités typiquement algériennes pouvant embrasser la dimension humaine à l’échelle mondiale.

Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Festival international du « Samaâ Soufi » à Sétif : Nécessité de sortir des cercles étroits
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair