formats

Grosse frayeur et dégâts minimes

Publié le 11/02/2016, par dans Non classé.

Après quelques mois de répit, la terre a de nouveau tremblé hier à Hammam Melouane.
Il était 2h12 lorsque la localité Hammam Melouane et ses environs (Algérois) ont été secoués par un séisme d’une magnitude de 4,7 sur l’échelle ouverte de Richter. La secousse, bien ressentie par la population, n’a pas causé de dégât. Les écoles, la poste communale et autres infrastructures publiques ont fonctionné hier le plus normalement du monde. Le tremblement de terre a, toutefois, provoqué un mouvement de panique, notamment à Hammam Melouane, dont les habitants semblent « traumatisés» par les secousses à répétition depuis trois ans déjà. D’après le Craag, ce nouveau séisme a été localisé à trois kilomètres au nord de Hammam Melouane.

Sur les lieux, les fissures sont visibles, car ayant été causées par un « cumul» de tremblements de terre… « On craignait le pire, on est tous sortis dans la rue, mais heureusement, les conséquences de la secousse n’ont pas été fâcheuses», témoignent des habitants de Hammam Melouane. Une information confirmée par le président de l’APC de cette commune qui déclare que ce nouveau séisme a causé des fissurations à quelques constructions seulement.

Pour sa part, la Protection civile de la wilaya de Blida reconnaît que la secousse a été « forte», sans pour autant engendrer de pertes humaines ni de dégâts matériels. Elle informe que ce genre d’activité sismique est naturel et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. « Il faut éviter les mouvements de panique. En cas de blessure ou si vous voyez que votre bâtisse est endommagée, appelez tout de suite le 14», lit-on dans un communiqué de la Protection civile. Au siège de l’APC, les fissures sont visibles et la bâtisse semble sérieusement fragilisée par des secousses récurrentes. « Comme vous le voyez, le siège de l’APC est dans un état lamentable.

Les fissures y sont nombreuses et la bâtisse devient de plus en plus fragile à cause de ces séismes qui semblent s’inscrire dans la durée. La bâtisse nécessite d’être démolie. Non seulement elle a été érigée sans respect des normes de construction, mais en plus, les nombreuses secousses la fragilisent davantage, mettant les travailleurs de la commune en danger», appréhende Sali Abderahmane, vice-président de l’APC de Hammam Melouane.

Pour sa part, l’élu Abdelghani Azizi indique que les localités de Magtaa Lazreg et d’El Bordj, relevant de la même commune, abritent plusieurs constructions précaires et fragilisées par les séismes. Ces constructions étaient des camps de concentration durant l’époque coloniale et leur restauration nécessite leur régularisation foncière. « Pour débloquer de l’argent aux familles habitant ces localités afin qu’elles puissent restaurer leur maison, il faut tout régulariser pour ce qui est du foncier», insiste-t-il. Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Grosse frayeur et dégâts minimes
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair