formats

Label et la bête

Publié le 14/02/2016, par dans Non classé.

Dieu nous a donné de la steppe, du soleil et d’excellentes races de moutons. Avec un peu plus d’organisation, on pourrait en faire une source permanente de devises», dit Belkacem Mezrou, secrétaire général de la Fédération nationale des éleveurs (FNE) et éleveur lui-même à Ouled Djellal, le pays du mouton.
A l’heure où le pétrole commence à tirer sa révérence, il est peut-être temps de se tourner vers des ressources naturelles renouvelables et génératrices de richesse et de développement durable.

Le mouton de Ouled Djellal, véritable patrimoine sur pattes, en est une.
L’origine de ce produit du terroir authentiquement algérien est aussi confuse que l’histoire non encore écrite de ce pays. Trois thèses se disputent l’origine de ce bel ovin à la belle prestance. Les tenants de la première hypothèse pensent que cette race est née chez les Amazighs qui l’ont domestiquée puis améliorée par sélections au fil des siècles.

Les seconds soutiennent qu’elle a débarqué avec les légions romaines tandis que la troisième voie, et c’est la plus courante, affirme qu’elle est arrivée lors des invasions des tribus des Banu Hilal qui ont déferlé sur l’Afrique du Nord, il y a un millénaire. Toujours est-il que ce mouton au gabarit impressionnant et qui fournit une viande d’excellente qualité est typiquement algérien, puisqu’il n’existe pas ailleurs et que son biotope se limite aux steppes dont l’altitude se situe entre 250 et 600 m. « Au-delà, il ne s’acclimate guère», affirme Belkacem Mezrou.

Les Français qui ont été les premiers à s’y intéresser ont pris soin de décrire ses caractéristiques physiques, aujourd’hui dûment répertoriées et reconnues. Les Algériens, pour leur part, par le biais du ministère de l’Agriculture, ont récemment procédé à l’analyse de son ADN afin de protéger ce label qui intéresse aussi grandement nos voisins immédiats. D’autant plus que les contrebandiers, qui bradent les produits locaux pour une poignée de dirhams ou dinars tunisiens vers nos voisins de l’est et de l’ouest, ont réussi à faire expatrier des troupeaux entiers.

Un pays de steppes et de moutons

Ce que l’on connaît du mouton blanc d’Ouled Djellal est qu’il a une espérance de vie qui oscille entre 11 et 14 ans. Sa toison fournit très peu de laine, il aime le soleil, supporte la chaleur, le froid et les grandes marches à travers la steppe pour se repaître d’armoise, de remth et autres plantes caractéristiques de ces altitudes.

Au cours de sa vie, une brebis peut donner à son maître jusqu’à 20 agneaux. Sa croissance est très rapide et un agneau peut prendre jusqu’à 200 g par jour, dit-on. Adulte, il peut peser jusqu’à 40 kg. Il représente aujourd’hui un peu plus de 60% du cheptel national constitué de 5 ou 6 races ovines principales comme le Telagh El Hamra, le Rembi, le Taâdmit, issu d’un croisement entre une femelle Ouled Djellal et un mérinos d’Arles en 1932, la race barbe et la sidahou du Sud. A bien regarder la carte de l’Algérie, on se rend compte que le pays, en dehors d’une mince bande côtière, n’est qu’un vaste territoire partagé entre steppes et désert.

En grand connaisseur du sujet, Belkacem Mezrou soutient que l’Algérie possède 9 wilayas steppiques et 18 autres semi-steppiques. De quoi permettre aux 30 millions de moutons que compte le cheptel national de gambader en toute liberté à travers les 40 millions d’hectares de cette contrée dédiée à l’agropastoralisme.

Le secrétaire général de la FNE soutient que l’Algérie a atteint l’autosuffisance en matière de viande ovine depuis deux ou trois ans. Plus besoin d’importer le mouton néo-zélandais ou australien quand le nôtre les dépasse largement en qualité et en saveur. Maintenant, il s’agit plutôt d’inverser cette tendance : en mettant en place des mécanismes de soutien aux éleveurs et à leurs produits, on peut envisager d’exporter cette excellente race qu’est le Ouled Djellal, d’ici deux à trois ans. Trois complexes-abattoirs répondant aux dernières normes internationales en matière de technologie et d’hygiène ont d’ores et déjà été réalisés dans les zones agropastorales : Aïn M’lila, Hassi Bahbah et Bouktob à El Bayadh.

En outre, d’une capacité de 2000 têtes d’ovins/jour et 600 bovins/jour, l’abattoir de Hassi Bahbah, qui va très bientôt ouvrir ses portes, devra satisfaire les demandes des grands groupes comme Sonatrach, l’ANP ou les COUS des universités. Pour ces abattoirs, la FNE réclame un droit de regard, voire une participation à leur capital et gestion afin de barrer la route aux intermédiaires de tous poils qui phagocytent cette filière.

Ces intermédiaires sont accusés d’être derrière la cherté de la viande rouge, notamment ovine. Pour les éleveurs, il existe toute une faune parasitaire d’intermédiaires entre le producteur direct et le consommateur qui font flamber les prix. Selon Belkacem Mezrou, les moutons sont d’abord achetés au marché d’Ouled Djellal ou directement chez les éleveurs par des intermédiaires originaires de Médéa et M’sila, pour les revendre à Alger ou dans les marchés à bestiaux des grandes villes où d’autres intermédiaires les rachètent pour les revendre aux abattoirs et aux bouchers professionnels.

Avec une moyenne de 3 à 4 intermédiaires qui prennent à chaque fois des marges de 2000 à 3000 DA, cela fait au final un supplément de 300 DA sur le kilo de viande. Au lieu de se vendre à 800 ou 900 DA le kilo, le mouton est proposé entre 1200 à 1300 DA chez le boucher. Au cas où la filière de la viande ovine serait restructurée et son marché régulé, le prix du kilo pourrait devenir plus abordable.

En voie d’être labellisé

Bien avant d’atterrir dans l’assiette du consommateur, on doit recevoir l’alimentation adéquate comme complément de ce que le mouton broute sur les parcours steppiques. Orge, paille, luzerne, maïs, vesce, le bétail dispose d’une large variété d’aliments pour son engraissement. C’est pour cela que la filière de l’élevage est directement liée à celle de la céréaliculture.

Dans sa ferme sise à Melili, une vaste zone steppique à l’ouest de Biskra, où Belkacem Mezrou nous conduit, ce principe de lier ces deux filières est déjà mis en application, en ce sens que notre homme a entrepris depuis quelque temps de Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Label et la bête
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair