formats

Lancement prochain de la 4G : Les experts sceptiques

Publié le 17/02/2016, par dans Non classé.

Le lancement prochain de la 4G en Algérie suscite un débat, pour le moins inattendu, au sein de la communauté des experts des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).
Alors que l’impatience, voire l’agacement ont caractérisé la période ayant précédé le lancement tardif de la 3G, les quelques mois qui nous séparent du lancement de la 4G — prévu au premier trimestre 2017 — sont d’ores et déjà marqués d’un scepticisme certain. Les raisons soulevées sont notamment la lourdeur des investissements — l’Algérie étant de surcroît en pleine période d’austérité —, l’inexistence de contenus locaux, le retard accusé dans la mise en place du paiement électronique et le e-commerce ainsi que les tarifs élevés.

Ce sont les principaux arguments qui ont été avancés hier, lors d’un débat animé par plusieurs experts qui s’exprimaient lors d’un forum, organisé par le magazine N’TIC. A propos de la question centrale de savoir si l’Algérie est réellement prête à franchir le cap, Zied Malouche, directeur régional chez Ericsson France, Roslane Bencharif, directeur général de la société MPS, Farid Lefkir, vice-président de l’Association algérienne des TIC (AITA), Fayçal Bessah, directeur Stratégie chez Mobilis, ont exprimé des avis parfois convergents, mais souvent contradictoires.

Plusieurs experts ont estimé que la capitalisation sur la 3G est plus importante qu’un lancement de la 4G qui se fera particulièrement au détriment du pouvoir d’achat du consommateur et du budget de l’Etat. C’est notamment l’avis de M. Lefkir qui a souligné « l’importance d’une consolidation des acquis et du développement d’un contenu local et de l’amélioration de la qualité des services au lieu d’un lancement prématuré».

Abondant dans le même sens, Roslane Bencharif a souligné pour sa part que « le timing n’est pas bien choisi pour le lancement de la 4G». Il s’est demandé si les pouvoirs publics ne cherchent pas à privilégier « l’effet d’annonce alors qu’il n’existe pas réellement de marché pour la 4G». Il ajoutera que « l’effet d’absorption du marché pour rentabiliser les investissements à venir n’existe pas actuellement». M Lefkir souligne par ailleurs que les pouvoirs publics agissent en vase clos sans consulter les acteurs du secteur, dont notamment les opérateurs et les experts, ce qui nuit à la prise de décision finale.

La responsabilité des opérateurs a été toutefois relevée, pour ce qui est de la création de contenus. Un point qui a été opposé cependant à la lenteur des pouvoirs publics dans la démarche réclamée, depuis de longues années déjà, concernant la mise en place du paiement électronique.

Un projet annoncé à plusieurs reprises puis reporté, alors que paradoxalement le gouvernement s’attelle à lancer la 4G. Une démarche « inopportune», selon la plupart des intervenants qui estiment qu’il faut préparer le terrain et rentabiliser sur la 3G au lieu de se précipiter dans une démarche qui signifie, dans la situation actuelle, encore plus d’investissements en termes d’équipements mais aussi d’importation de smartphones dont les ventes vont exploser avec le lancement de la 4G. Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Lancement prochain de la 4G : Les experts sceptiques
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair