formats

«Le financement non conventionnel est inévitable»

Publié le 19/11/2017, par dans Non classé.

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a plaidé, samedi à Tizi Ouzou, pour des assemblées locales au service de la décentralisation et du consensus pour éviter les blocages dans la gestion des affaires de la collectivité et assurer le développement souhaité par les citoyens.
« La décentralisation est à même de régler beaucoup de problèmes liés à la gestion locale. Pour ce faire, il faut une administration et une assemblée de wilaya fortes capables de mettre en œuvre cette politique de gestion», a indiqué M. Ouyahia au cours d’un meeting électoral qu’il a animé hier à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Outre la décentralisation, l’intervenant a insisté sur la nécessité d’asseoir la stabilité au sein des assemblées élues, et ce, en travaillant dans le consensus, a-t-il dit. « Nous avons des candidats intègres qui ont déjà fait montre d’une bonne gestion durant les mandats précédents», a-t-il ajouté tout en appelant ses militants à surveiller les urnes le jour du scrutin.

Rappelant les efforts consentis par les pouvoirs publics dans le cadre des plans communaux de développement (PCD), le SG du RND a annoncé que le budget destiné aux communes du pays passera en 2018 de 35 milliards de dinars à 100 milliards de DA. Au même chapitre des réalisations socio-économiques et les dépenses globales de 1000 milliards de dollars engagés ces dernières années par le gouvernement à travers les régions du pays, il énumérera l’eau et le gaz parvenus dans les villages de la wilaya de Tizi Ouzou, l’amélioration du réseau routier, le nouveau stade olympique de 50 000 places qui vient de bénéficier d’une enveloppe financière supplémentaire de 5 milliards de dinars, l’université Mouloud Mammeri qui accueille 80 000 étudiants. M. Ouyahia n’omet pas de saluer au passage la politique du président de la République depuis son élection en 1999 et les mesures prises, notamment le retour de la paix dans le pays et le remboursement anticipé de la dette extérieure.

Abordant l’emprunt public auprès de la Banque centrale, l’orateur a souligné que le financement non conventionnel a été adopté sans dégâts par plusieurs pays développés, dont le Japon et les USA. « C’est un passage obligé pour chercher l’argent interne nécessaire qui permettra à l’Etat de continuer de fonctionner normalement.

Sans cette mesure, le règlement des situations des salaires, des pensions et des retraites sera problématique. Nous estimons que c’est la solution idoine pour éviter le recours à la dette extérieure». Selon le premier responsable du RND, l’impasse actuelle que vit l’Algérie est liée à « la crise financière induite par la chute des prix des hydrocarbures qui touche de plein fouet de nombreux pays, dont le Venezuela qui dort sur une mer de pétrole et l’Arabie saoudite qui a été contrainte d’emprunter 150 milliards de dollars». Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé «Le financement non conventionnel est inévitable»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair