formats

Le Mohia d’Or de la meilleure dramaturgie décrochée par "Aveddel N’ Mariem" de Boudarene Ali

Publié le 08/12/2017, par dans Non classé.
Le Mohia d'Or de la meilleure dramaturgie décrochée par

TIZI-OUZOU – La pièce théâtrale « Avedel n’Mariem » de Boudarene Ali a remporté, jeudi à Tizi-Ouzou, le prix Mohia d’or de la meilleure dramaturgie en tamazight.

Les prix Mohia d’argent et Mohia de Bronze sont revenus respectivement à Sidnas Mohand Larbi pour sa pièce « Yir Targith idnedkawel » et Kaoudji Toufik qui a participé avec le texte « Attamaâ ».

Trois prix d’encouragement ont été décernés par le jury, présidé par l’homme de théâtre Omar Fetmouche, à Bendris Noura qui a participé avec le texte « Adyili rebi dwarwih », Samah Laaziz pour « Tassadit » et Ait Boudaoud Laifa pour « Anarez wala aneqim ».

La cérémonie de remise des prix de ce concours qui récompense la meilleure dramaturgie en tamazight en hommage au dramaturge Mohia (1950-2004), et qui est à sa quatrième édition, s’est déroulée au théâtre régional Kateb Yacine en présence de la famille de Mohia et de nombreuses figures du quatrième art. Cette compétition culturelle a mis en lice cette année, 13 textes.

Le metteur en scène Omar Fetmouche, en sa qualité de président du jury, relevé la « très bonne qualité des oeuvres » des participants à ce concours.

Il a toutefois déploré le recours de certains candidats à la reprise des textes de Mohia ce qui amené le jury à rejeter quatre textes, a-t-il dit, avant d’appeler les dramaturges en herbe à « être créatifs et à ne pas puiser dans ce qui existe déjà », soulignant que l’objectif de ce concours n’est pas de revisiter l’oeuvre de Mohia.

Rendant hommage à cet homme de théâtre au grand talent et adaptateur hors pair qui a laissé au théâtre algérien une oeuvre riche et diversifiée, Fetmouche a observé que Mohia, l’enfant d’Azazga, a « ouvert une brèche extraordinaire en faisant du théâtre Amazigh un patrimoine universel et humain » .

La directrice de la culture, Nabila Goumeziane, a indiqué que Mohia « reste le repère incontournable du théâtre amazigh. Il a joué un rôle important dans sa promotion, car il avait compris que pour que la culture amazighe puisse évoluer elle doit impérativement s’ouvrir sur l’universalité.

Abdallah Mohia a notamment adapté de grandes pièces de théâtre dont « En attendant Godot » de Samuel Beckett, « La décision » et « L’exception et la règle » de Bertolt Brecht, « La Jarre » de Luigi Pirandello, « Médecin malgré lui » et « Tartuffe » de Molière, « Le Ressuscité » de Lu Xun et « La ficelle » de Guy De Maupassant. Il a aussi composé de nombreux poèmes qui ont été interprétés par de grandes figures de la chanson kabyle, à l’instar d’Idir, Ferhat et Takfarinas.

Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Le Mohia d’Or de la meilleure dramaturgie décrochée par « Aveddel N’ Mariem » de Boudarene Ali
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair