formats

L’Enad s’enlise dans des scandales de gestion

Publié le 02/04/2018, par dans Non classé.

La situation s’envenime à l’Entreprise nationale des détergents et produits d’entretien (Enad) de Sour El Ghozlane, au sud de Bouira.
Entré en exploitation vers la fin des années 1980, le complexe est désormais en faillite. La gestion catastrophique de cette usine, qui était dans le passé le fleuron de l’économie nationale, est à l’origine de cette situation. Depuis une semaine, l’usine employant plus de 250 personnes, sans salaires depuis plusieurs mois, est à l’arrêt en raison de la coupure de l’énergie électrique et gazière décidée par la SDC pour cumul de factures impayées.

Le montant des créances a dépassé les 12 millions de dinars. L’incapacité du groupe industriel à honorer « ses factures» illustre parfaitement la défaillance de la direction dans la gestion des affaires du groupe et surtout des difficultés financières auxquelles il fait face depuis presque 8 ans. Contactée, la chargée des relations avec la presse, au niveau de SDC de Bouira, Benyoucef Widad, a rappelé que plusieurs mises en demeure ont été envoyées à la direction de l’usine en question afin de procéder au paiement de ces facteurs.

Un autre problème accentue la déliquescente situation de cette entreprise, c’est celui qui a trait aux mouvements de protestation à répétition enregistrés à son niveau. Les ouvriers ont à maintes fois dénoncé le retard accusé dans le versement de leurs salaires. Un responsable de l’Enad a, dans une déclaration faite à El Watan, confirmé que l’usine est au bord de la faillite.

« Le complexe n’est pas en mesure d’assurer les salaires des travailleurs et d’autres charges. Nous n’avons même pas un chiffre d’affaires dépassant le million de dinars le mois. La situation persiste», a-t-il révélé. Cela étant, alors qu’un plan de charge avait été mis en place par le gouvernement en faveur de cette entreprise. Un budget conséquent, estimé à 2 milliards de dinars, avait été dégagé en 2012.

Le soutien financier de l’Etat visait essentiellement l’effacement des dettes et la relance des investissements au niveau du groupe en question. Cependant, la situation n’a jamais évoluée et reste inchangée. Les pouvoirs publics sont appelés à procéder à l’ouverture d’une enquête sérieuse sur ce qui est devenu et connu comme étant, « une gestion anarchique de l’Enad». Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé L’Enad s’enlise dans des scandales de gestion
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair