formats

Noureddine Bedoui Opération séduction dans le Grand Sud

Publié le 19/02/2016, par dans Non classé.

Inauguration d’un centre pour la Protection civile, lancement des cartes d’identité nationale biométriques, réunion avec les militaires… Au début de la semaine, Noureddine Bedoui, le ministre de l’Intérieur, s’est rendu à Tamanrasset, In Salah et In Guezzam. El Watan Week-end était dans l’avion.
La dernière fois qu’il s’était rendu dans le Sud, le ministre de l’Intérieur avait demandé à ceux qui lui avaient tendu un verre de lait : « Mais pourquoi pas du lait de chamelle ?» Alors évidemment, ce dimanche, quand Noureddine Bedoui est descendu de l’avion après quatre heures de vol, wali, députés et sénateurs de la région l’attendaient avec des dattes et un verre de lait… de chamelle.

A l’entrée du salon d’honneur, une vingtaine de danseurs traditionnels l’ont aussi accueilli sur fond de chants terguis, pendant que sur le parking, un jeune adossé au mur soufflait après avoir terminé in extremis de repeindre les murs de l’aérodrome. « Je ne peux pas expliquer mon ressenti, mais je vous avoue que me sens toujours bien quand je suis ici», lance Noureddine Bedoui.

Aller vers les gens – le protocole a pour consigne de ne pas intervenir – saluer, demander des nouvelles, parler avec les enfants et les saluer à la façon des rappeurs : à 57 ans, le ministre de l’Intérieur (depuis mai 2015) né à Aïn Taya mais originaire de Ouargla, est à l’aise dans ce genre de mission. « Bedoui est un fils du peuple. Il est d’une simplicité incroyable. Vous allez le constater par vous-même», avance Yacine Belkheir Touer, son chargé de communication, lui aussi du voyage.

Son seul handicap : ici, à presque 2000 kilomètres de la rue Docteur Saâdane, personne ne sait vraiment qui il est. Les enfants avec qui ils discute, eux, restent perplexes. Certains en sont sûrs, « c’est Abdelmalek Sellal !» ; d’autres, se fiant à la pancarte « Jeunesse» accrochée sur la façade de l’établissement, préfèrent en déduire qu’il s’agit du ministre de la Jeunesse et des sports. Ses services lui ont concocté un programme chargé. Au menu : Tamanrasset, In Salah et In Guezzam.

Ambulances

Lors de l’inauguration du siège de la Protection civile, le ministre de l’Intérieur annonce la naissance de la Délégation nationale de la sécurité routière. Un nouvel organisme qui aura pour mission « la mise en place d’une stratégie nationale afin de faire face à la violence routière après l’aggravation préoccupante du phénomène en Algérie». Une occasion pour les responsables de lui faire part des manquements. N. Bedoui ordonne dans la foulée l’achat de cinq ambulances de type 4×4 afin de faciliter les déplacements des pompiers dans cette région où l’on parcourt des centaines de kilomètres pour atteindre le village voisin.

Tamazight

Etape suivante : le nouveau pôle universitaire de 1000 places pédagogiques et la nouvelle cité estudiantine de 1000 lits. Djebbar Sediri, le superviseur du chantier, un trentenaire, hésitant entre le français et l’arabe attire l’attention du ministre qui lui demande de choisir sa langue : arabe ou tamazight, une occasion pour Bedoui de saluer la nouvelle Constitution algérienne.

Originaire de Tizi Ouzou, son interlocuteur décide donc de parler en kabyle. Finalement, le ministre interviendra une autre fois pour lui demander de mélanger les deux langues afin qu’il comprenne, et poursuit la discussion en français. Sur le chemin du retour, les journalistes locaux reviennent sur les sites visités et font leur propre bilan : « C’est la wilaya qui s’occupe du programme de la visite. Ils n’ont rien à proposer au ministre à part ces projets qui datent de plusieurs années et qui ne sont pas encore terminés.

Certains ont même déjà été inaugurés à plusieurs reprises par différents responsables ! C’est une arnaque. Le pire, c’est qu’ils lui mentent à propos des dates de lancement de peur d’être sanctionnés pour le retard…» A Tamanrasset, la circulation a été arrêtée pour laisser la route libre au ministre.

Le convoi dirigé par le chef du protocole du wali prend même à contresens une rue de la ville. Un journaliste local s’indigne et raconte les préparatifs de cette visite : « Des travaux ont été entamés précipitamment dont certains n’ont même pas été achevés. Les responsables ont choisi cet itinéraire pour empêcher le ministre de voir une rue voisine, inondée par les eaux usées, après avoir tenté de la revêtir en goudron.» La plupart des habitants ne voient de la visite de Bedoui que son convoi qui soulève un nuage de sable.

C’est exactement le cas à In Guezzam. Nous sommes à quelques kilomètres seulement de la frontière avec le Niger. Si la misère avait une langue, elle aurait certainement passé des jours et des nuits à expliquer au ministre de l’Intérieur combien souffrent les habitants oubliés de l’extrême Sud algérien. Les femmes, assises par terre, accueillent le ministre avec les chants tindi. Un enfant accroché à l’épaule de sa mère rappelle les images de famine dans la Corne de l’Afrique. Les mouches agglutinées sur le visage, il semble égaré dans cette foule venue de nulle part. Une dizaine d’hommes à dos de chameau accompagnent les chants des femmes en paradant devant le ministre.

In guezzam

Abelkou Chourit, 36 ans, partisan du RND, est Bédouin, originaire d’In Guezzam. Père de quatre enfants, il raconte : « Les projets de l’Etat ne figurent que sur le papier. Nous sommes une région oubliée. Pour qu’un wali délégué prenne une décision ici, il faut qu’il consulte le wali de Tamanrasset. Alors oui, on nous parle de décentralisation mais je ne la vois pas.» Ce point a déjà été discuté à Tamanrasset. « Contrairement à l’Algérie, peu de pays au monde accordent de l’intérêt à la question de la décentralisation des pouvoirs.

Nous concernant, nous avons décidé d’élargir le pouvoir des assemblées de wilaya», assure le ministre. « Les responsables déplorent le manque de diplômés dans le Sud, mais oublient que nous vivons dans une région d’éleveurs. Notre seul fond d’investissement, c’est notre bétail. Nous sommes tous pauvres ici, nous n’avons même pas les moyens d’envoyer nos enfants étudier ailleurs», rappelle encore Abelkou. Abidine, 16 ans, casquette à l’envers, est en troisième année moyenne dans le seul CEM d’In Guezzam. Alors qu’il Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Noureddine Bedoui Opération séduction dans le Grand Sud
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair