formats

On vous le dit

Publié le 29/04/2018, par dans Non classé.

Les trois victimes des crues enterrées à Tiaret

Une grande foule a accompagné à leur dernière demeure, hier, les trois victimes des crues de mercredi, qui ont dévasté quelques localités de la wilaya de Tiaret, dont Aïn Bouchekif. Les dépouilles enveloppées dans des drapeaux ont été mises sous terre au cimetière de la tribu d’où est issue la famille Toumi Lakhdar, près de Aïn Bouchekif, à 17 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Le père, Hamou, 60 ans, sa fille Marwa, 11 ans, et Youssef, 2 ans, ont péri, emportés par les eaux en furie, alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur d’un véhicule près d’un oued. Deux autres membres de cette famille ont miraculeusement échappé à la mort. Pour rappel, les précipitations exceptionnelles (51 mm de pluie en moins de 2 heures) ont causé d’importantse inondations et des dégâts dans quelques masures et vieilles habitations. Les unités de la Protection civile ont dû intervenir plus de 150 fois pour secourir des gens en détresse. Abdeslam Bentouati, le chef de l’exécutif local, des élus et le représentant du ministère de l’Intérieur chargé des grandes catastrophes ont rendu un hommage solennel aux victimes dans une ambiance triste. Qu’elles reposent en paix.

La libraire des Beaux-Arts toujours en activité

Dans un précédent écrit, nous avons fait part de la fermeture de la librairie des Beaux-Arts, sise à la rue Didouche Mourad, à Alger. Or, il n’en est rien, et c’est tant mieux. C’est la gérante qui nous a appelé « pour nous signaler l’erreur», publiée sur la foi d’un lecteur, sans doute distrait, et qui s’est « planté» sur le numéro de la libraire, qui, en fait, se trouve à cinq encablures de l’endroit qu’il avait cité. Nos excuses à la gérante et aux habitués de cet endroit culturel, qui, en plus des livres, reste une référence mémorielle. Et une des rares destinations livresques algéroises qui ont tendance à se réduire, hélas, comme une peau de chagrin…

Porté disparu depuis jeudi, il est retrouvé mort à Oued N’ssa

La triste nouvelle est tombée tel un couperet, vendredi soir, aux alentours de 20 heures. En effet, le corps de B. M. L., père de famille, âgé de 58 ans, venait d’être retrouvé étalé sur le bas-côté de la route, à deux km à la sortie de Zelfana, à 75 km au sud de Ghardaïa, très précisément à Oued N’ssa, vers Guerrara. Sa famille était sans nouvelles de lui depuis jeudi matin, lorsqu’il a quitté son domicile, à Metlili. N’ayant pas eu de ses nouvelles, surtout que son téléphone restait éteint, sa famille, paniquée, s’est mise à sa recherche. Originaire de Metlili, à 45 km au sud de Ghardaïa, B. M. L. est connu pour être l’un des chauffeurs des nombreux bus de la SARL El Djamel, loués à l’année par la Direction des œuvres universitaires (DOU) de Ghardaïa. Victime, sans l’ombre d’un doute, d’un crime odieux, sa dépouille, après avoir été dans un premier temps acheminée par la Protection civile vers la morgue de la polyclinique de Zelfana, a été transférée vers Ouargla, à 200 km plus au sud, pour l’autopsie d’usage. Une enquête a été ouverte par la brigade de gendarmerie de Zelfana pour retrouver le (ou les) auteur(s) de cet abominable crime et en connaître le mobile.

Annulation du concert du quartet Apertuse prévu à la salle Ibn Zeydoun

La Délégation de l’Union européenne en Algérie et l’ambassade de Pologne en Algérie ont le regret d’informer le public algérien de l’annulation du concert de musique classique du quartet Apertus prévu le dimanche 29 avril 2018 à 19h à la salle Ibn Zeydoun, organisé dans le cadre du 19e Festival européen en Algérie. Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair