formats

Publication de l'étude "Les mouvements amazighs en Afrique du nord"

Publié le 04/05/2019, par dans Non classé.
Publication de l'étude

ALGER – Un ouvrage collectif intitulé « Les mouvements amazighs en Afrique du nord », consacré à l’étude du mouvement amazigh en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Lybie et en Egypte a été publié récemment sous la direction de l’universitaire algérien Nacer Djabi.

Cet ouvrage de 358 pages publié aux éditions Chihab est la première étude universitaire consacrée à ce mouvement et qui rassemble les écrits de plusieurs sociologues, anthropologues, ou encore politologues sur des échantillons provenant de neuf régions des pays en question restées amazighophones dans leur quotidien.

Dans « Le mouvement culturel amazigh au Maroc: le processus d’une transformation, le cas du Rif et du Moyen Atlas », une étude des sociologues marocains Harrami Noureddine et Khalid Mouna coordonnée par Driss Benlarbi, les chercheurs fournissent une « cartographie des locuteurs des langues berbères » ainsi que des indicateurs socio-économiques des régions amazighophones.

Cette partie de l’étude considère que cette « composition ethnolinguistique de la population » est l’objet d’ « enjeux politiques et identitaires » ayant profondément marqué la construction antagoniste » de l’histoire du Maroc.


Lire aussi:

ALGER – Un ouvrage collectif intitulé « Les mouvements amazighs en Afrique du nord », consacré à l’étude du mouvement amazigh en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Lybie et en Egypte a été publié récemment sous la direction de l’universitaire algérien Nacer Djabi.

Cet ouvrage de 358 pages publié aux éditions Chihab est la première étude universitaire consacrée à ce mouvement et qui rassemble les écrits de plusieurs sociologues, anthropologues, ou encore politologues sur des échantillons provenant de neuf régions des pays en question restées amazighophones dans leur quotidien.

Dans « Le mouvement culturel amazigh au Maroc: le processus d’une transformation, le cas du Rif et du Moyen Atlas », une étude des sociologues marocains Harrami Noureddine et Khalid Mouna coordonnée par Driss Benlarbi, les chercheurs fournissent une « cartographie des locuteurs des langues berbères » ainsi que des indicateurs socio-économiques des régions amazighophones.

Cette partie de l’étude considère que cette « composition ethnolinguistique de la population » est l’objet d’ « enjeux politiques et identitaires » ayant profondément marqué la construction antagoniste » de l’histoire du Maroc.


Lire aussi: Tamazight prochainement disponible sur Google traduction


L’évolution du mouvement amazigh au Maroc renseigne sur l’utilisation de cette question comme un « vecteur de division depuis la loi coloniale de 1930, avant la naissance dès les années 1970 d’une forme d’organisation centrée sur l’identité amazigh et les droits culturels jusqu’à la consécration de la question linguistique dans la constitution de 2011 marquant la rupture avec la prudence et le passage de l’Etat marocain à un statut d’acteur de l’amazighité ».

« Le mouvement amazigh en Algérie et défis d’intégration nationale », une étude menée par les chercheurs Dida Badi, Nouh Abdallah et Samir Larabi, remonte à l’émergence de la question amazighe en 1949 dans la foulée du « mouvement nationaliste indépendantiste (…) en réaction, par certains militant du PPA, à un rapport sur l’Algérie présenté aux Nations unies par Messali Hadj (…) qualifiant le pays de Etat arabo-musulman ».

Cette question a été « gelée » avec le déclenchement de la guerre de libération, et le « déni de la spécificité linguistique et culturelle amazighe se poursuit après l’indépendance du pays », rapporte cette étude qui remonte le fil des événements jusqu’au « tournant » du printemps berbère en 1980, puis le « printemps noir » de 2001.

L’étude s’intéresse également aux répercussions du printemps berbère sur « la vallée du M’zab et la région Touareg », avec la réhabilitation des variantes targuie et mozabite de la langue, ainsi qu’à d’autres faits sociaux dans ces régions comme l’émigration et la place de la femme dans la société.

Les chercheurs tunisiens Asma Nouira, Houaida Ben Khater, et Mohamed Kerrou, auteurs de l’étude « La question amazigh en Tunisie: héritage, renaissance et résistance », rapportent que la question amazigh « a émergé en Tunisie avec la révolution de la dignité » qui a entraîné en 2011 la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali.


Lire aussi: Festival du film amazigh à Agadir: plusieurs films algériens distingués


Les événements ayant secoué plusieurs pays arabes en 2011 ont également conduit à une « évolution notable de la question Amazigh en Lybie, suite à la chute du régime de Kadhafi et des forces de répression du pouvoir central » qui ont longtemps attisé la division des Amazighs du nord (principalement établis dans les villes de Djbel Nefoussa, Zouara et Tripoli) et les Touaregs » dans le sud, rapporte une étude signée Dida Badi et Bilal Abdallah.

Il est fait état du même constat concernant l’oasis amazighophone de Siwa en Egypte (820km à l’ouest du Caire), une région touristique qui compte plus de 32 000 habitants répartis sur onze tribus.

Les travaux de recherche publiés dans cet ouvrage ont été réalisés grâce à une subvention du Centre de recherche pour le développement international (Crdi) au Canada.

Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Publication de l’étude « Les mouvements amazighs en Afrique du nord »
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair