formats

Soirées de Ramadhan à Annaba: la pièce "Galoufa" chaleureusement accueillie

Publié le 11/05/2019, par dans Non classé.
Soirées de Ramadhan à Annaba: la pièce

ANNABA – La pièce théâtrale « Galoufa » de la coopérative du théâtre libre de Chlef, présentée au Théâtre régional Azeddine Medjoubi d’Annaba, a été chaleureusement accueillie par les familles bônoises venues nombreuses assister au show.

Le public a suivi avec beaucoup d’admiration cette oeuvre théâtrale, réitérant ainsi sa fidélité aux soirées de Ramadhan et sa volonté à accompagner les spectacles et les créativités artistiques à travers la présence et l’applaudissement, selon le directeur de cet établissement culturel, l’artiste Abdelhak Ben Maârouf.

La pièce « Galoufa » a traité vendredi de phénomènes sociaux et humains reflétant la régression des valeurs nobles régissant les relations entre les hommes et la domination de l’hypocrisie, de l’individualisme et des intérêts.

Le metteur en scène de cette oeuvre théâtrale, Meissoum Laâroussi, a évoqué le trafic du foncier pour illustrer ces phénomènes et ce, à travers l’histoire de Si Tayeb, un émigré, ayant vécu loin de sa famille et ses proches pendant plusieurs années, avant de revenir parmi les siens après la mort de sa sœur, où il découvre des plans machiavéliques et des complots pour s’accaparer des terres de la défunte.


Lire aussi:

ANNABA – La pièce théâtrale « Galoufa » de la coopérative du théâtre libre de Chlef, présentée au Théâtre régional Azeddine Medjoubi d’Annaba, a été chaleureusement accueillie par les familles bônoises venues nombreuses assister au show.

Le public a suivi avec beaucoup d’admiration cette oeuvre théâtrale, réitérant ainsi sa fidélité aux soirées de Ramadhan et sa volonté à accompagner les spectacles et les créativités artistiques à travers la présence et l’applaudissement, selon le directeur de cet établissement culturel, l’artiste Abdelhak Ben Maârouf.

La pièce « Galoufa » a traité vendredi de phénomènes sociaux et humains reflétant la régression des valeurs nobles régissant les relations entre les hommes et la domination de l’hypocrisie, de l’individualisme et des intérêts.

Le metteur en scène de cette oeuvre théâtrale, Meissoum Laâroussi, a évoqué le trafic du foncier pour illustrer ces phénomènes et ce, à travers l’histoire de Si Tayeb, un émigré, ayant vécu loin de sa famille et ses proches pendant plusieurs années, avant de revenir parmi les siens après la mort de sa sœur, où il découvre des plans machiavéliques et des complots pour s’accaparer des terres de la défunte.


Lire aussi: Batna: la pièce « El Mina » éblouit les férus de théâtre


Le choix du titre de la pièce n’était pas fortuit, selon le metteur en scène, qui précise que « Galoufa » signifie le chariot dans lequel autrefois les chiens errants étaient capturés.

Pas moins de huit pièces théâtrales, dont « Tafadali Ya Anissa » de la coopérative culturelle Anis de Sétif et « Tayoucha » de Nesrine Belhadj (Alger) sont au menu du programme d’animation des soirées de Ramadhan concocté par le théâtre régional d’Annaba.

Des spectacles chorégraphiques intitulés « Mazel » de la troupe locale « Ouled Lebled » et autre de rire et de distraction avec Bimo et Said d’Annaba seront également présentés à cette occasion.

Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé Soirées de Ramadhan à Annaba: la pièce « Galoufa » chaleureusement accueillie
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair