formats

"Touiza" et "Babylone-Constantina" au programme des rencontres cinématographiques de Bejaia

Publié le 23/09/2019, par dans Non classé.

BEJAIA, 23 septembre 2019 (APS) – Touiza, un court métrage du cinéaste Karim Bengana et Babylone Coinstantina, un long métrage de Sid Ahmed Sémiane, fraichement sortis des cartons (2019), projetés, dimanche soir à la cinémathèque de Bejaia, au 2eme jour de l’ouverture des rencontres cinématographiques de Bejai ont visiblement ravi.

Deux projets, deux sensibilités et deux thématiques que rien ne rapproche à première vue mais qui paradoxalement se rencontrent et se complètent dans leur objectif visant à rendre compte des difficultés de la vie, de la détresse humaine mais aussi des espoirs qui peuvent en surgir. Les deux trames ont ce point commun également de se tisser sur un sujet partagé en l’occurrence le terrorisme. Bengana en fait un élément central de son œuvre et Sémiane une référence de second plan.

Touiza signifie, en berbère, solidarité. Mais dans le film, paradoxalement, il exprime un idée contraire. Il met en scène deux personnes qui vivent ensemble mais qui ne se parlent pas. « Quant l’entraide n’est pas là, on est dans la violence », explique l’auteur, qui en grossi les traits en faisant évoluer ses deux héroïnes, une bourgeoise postindépendance et sa domestique, dans un espace fermé, un vase clos, qui rend leur contact encore plus pénible.

L’une et l’autre ont perdu le gout de la vie. Yasmine se réfugie dans la religion et sa patronne ne tire ses semblants de joies, qu’en bichonnant sa chienne comme un bébé et envers qui elle a transféré tout son intéret et son affection. De fil en aiguille, la domestique verse dans l’activité terroriste et finit par s’exploser sur une place publique alors que sa patronne, par désespoir en vient à tuer sa chienne.

Une chute terrible, voulue expressément par Bengana pour symboliser autant l’enfermement du pays durant la décennie noire et les silences qui se sont imposés alors à une large partie de la population, ostensiblement gagnée par la méfiance entre ses différentes parties.


BEJAIA, 23 septembre 2019 (APS) – Touiza, un court métrage du cinéaste Karim Bengana et Babylone Coinstantina, un long métrage de Sid Ahmed Sémiane, fraichement sortis des cartons (2019), projetés, dimanche soir à la cinémathèque de Bejaia, au 2eme jour de l’ouverture des rencontres cinématographiques de Bejai ont visiblement ravi.

Deux projets, deux sensibilités et deux thématiques que rien ne rapproche à première vue mais qui paradoxalement se rencontrent et se complètent dans leur objectif visant à rendre compte des difficultés de la vie, de la détresse humaine mais aussi des espoirs qui peuvent en surgir. Les deux trames ont ce point commun également de se tisser sur un sujet partagé en l’occurrence le terrorisme. Bengana en fait un élément central de son œuvre et Sémiane une référence de second plan.

Touiza signifie, en berbère, solidarité. Mais dans le film, paradoxalement, il exprime un idée contraire. Il met en scène deux personnes qui vivent ensemble mais qui ne se parlent pas. « Quant l’entraide n’est pas là, on est dans la violence », explique l’auteur, qui en grossi les traits en faisant évoluer ses deux héroïnes, une bourgeoise postindépendance et sa domestique, dans un espace fermé, un vase clos, qui rend leur contact encore plus pénible.

L’une et l’autre ont perdu le gout de la vie. Yasmine se réfugie dans la religion et sa patronne ne tire ses semblants de joies, qu’en bichonnant sa chienne comme un bébé et envers qui elle a transféré tout son intéret et son affection. De fil en aiguille, la domestique verse dans l’activité terroriste et finit par s’exploser sur une place publique alors que sa patronne, par désespoir en vient à tuer sa chienne.

Une chute terrible, voulue expressément par Bengana pour symboliser autant l’enfermement du pays durant la décennie noire et les silences qui se sont imposés alors à une large partie de la population, ostensiblement gagnée par la méfiance entre ses différentes parties.


Lire aussi : Saïda : prochaine édition du festival national de la littérature et du cinéma de la femme


Pour Sid Ahmed Sémiane, en revanche, le terrorisme s’il a produit des drames, il en a pas pourtant inhibé ou brider les rêves. Malgré les attentats et la peur, les populations ont trouvé l’énergie et les ressorts adéquats à chaque épreuve pour rebondir ou continuer tout simplement à vivre. Et quoi de mieux pour le faire que de s’embarquer dans un projet musical euphorique.

Exploitant le tenue du festival international de Djazz, organisé en 2000 a Tabarka en Tunisie puis ramené et dupliqué à Constantine, il en profite pour filmer toutes les coulisses de l’organisation, la fiévre des artistes en répétition et leur engagement a sublimer leur art. Pour réussir son pari, Sid Ahmed Sémiane a sorti les grands moyens et convoqué pour s’y produire des valeurs sures et des artistes universels hors pairs.

Alpha Blondy, stéphane Gaillairdo, Karim Ziad, Billy Cobhane, et tant d »autres stars, invités du festival, ont été suivis pas à pas et sa caméra à capturé leurs meilleurs passages, leurs moments de détente et leur état d’esprit. Une prouesse.

Naturellement, il n’y ‘avait pas que les vedettes. Tout le cru et la fine fleur de Cirta était là aussi. Les rappeurs, El aissaoua, les maitres du malouf dont Raymond, le père fondateur, et surtout un inénarrable Aami Ahmed, gardien de ce patrimoine millénaire, et qui préservait des bandes sonores qui datait de l’époque de la radio Constantine et qui en prenait soin comme de la prunelle de ses yeux..

Un voyage de folie, qui allait d’une scène à une autre, d’un genre musical à un autre, le tout compilé dans une sensation d’unicité époustouflante. Toute la magie du film est là, et visiblement Sémiane pouvait se passer d’une composition dramatique. Car tout y est dit en musique et en poésie.

Lire la suite

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Home Non classé « Touiza » et « Babylone-Constantina » au programme des rencontres cinématographiques de Bejaia
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair